« Does public diplomacy exist in the early modern age ? »

Nina Lamal | 13 avril 2023 | 12h30-14h

Ambassadeurs

(séminaire en visio-conférence sur TEAMS, inscription auprès de Jérémie Ferrer-Bartomeu, jeremie.ferrer-bartomeu@uliege.be)

L’intervention de Nina Lamal s’inscrit dans le cycle de réflexion engagé par le groupe de recherche en anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne. Notre collègue présentera le projet L’invention de la diplomatie publique (financé par NWO). Ce projet étudie les liens entre les diplomates et la sphère publique dans l’Europe du début de l’ère moderne, et se situe à l’intersection de l’histoire des médias et de l’histoire des relations internationales. Le début de la période moderne se prête particulièrement bien à une analyse des relations entre ces deux domaines, car les diplomates étaient avant tout préoccupés par les relations publiques. Ils apparaissent régulièrement dans les espaces publics et cultivent des contacts en dehors des cercles du plus haut pouvoir politique. Ce faisant, ils ont utilisé avec enthousiasme un moyen de communication relativement nouveau : la presse à imprimer. Le concept de diplomatie publique est issu du champ d’analyse des relations internationales et des études diplomatiques, où l’on s’intéresse depuis quelques années à l’utilisation des médias (sociaux) par les diplomates contemporains, les institutions étatiques et les acteurs non étatiques. Dans ce projet, le groupe de recherche auquel appartient le Dr. Lamal explore la genèse de ce phénomène au début de l’ère moderne. Jusqu’à présent, les recherches sur la relation entre la diplomatie et la publicité à cette époque se sont largement limitées à la censure des pamphlets à caractère politique. Toutefois, les diplomates, dans toute leur diversité (ambassadeurs, consuls, agents) publiaient également leurs propres discours, ou commandaient des pamphlets anonymes et incendiaires à commercialiser. Ils étaient également attentifs à la manière dont d’autres acteurs faisaient usage de la presse écrite pour atteindre un public international et s’adresser à l’opinion publique afin de faire pression sur la politique étrangère d’un État. L’intervention de Nina Lamal sera prononcée en anglais. Elle est conçue comme un point d’étape préparatoire à la tenue de l’atelier du groupe de recherche à Tours en octobre 2023, atelier consacré à l’étude des sources du conseil, de la diplomatie et de la négociation.

Nina Lamal est chercheuse post-doctorale rattachée au projet « Inventing Public Diplomacy »  NL-Lab, Humanities Cluster,  Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences (KNAW).

© « Ware afbeeldinge der H. Ambassadeurs ende gecomitteerde tot het bestant », c. 1609, 270 mm x 345 mm, Brisith Museum (Londres).

En parlant, en écrivant

Colloque international à l’Institut d’histoire de l’université de Luxembourg

Mercredi 14 septembre 2022

13h30 Accueil par le Prof. Michel Margue, directeur de l’IHIST

13h45 Introduction par Monique Weis (Université du Luxembourg, IHIST)

Session 1

Diplomatie et information 14h00 – 15h30

Ghislain TRANIÉ Centre Roland Mousnier/Sorbonne-Université, Paris

Informer le prince en écrivant et en parlant. À la recherche du langage politique des humanistes évangéliques du milieu du XVIe siècle.

Dorian VARENNE Centre Roland Mousnier/Sorbonne-Université, Paris

Ce qu’il faut dire, ce qu’il faut taire. Réflexions sur le dialogue entre Paris et le Saint-Siège à Rome sous les règnes des premiers Bourbons.

Jérémie FERRER BARTOMEU FNRS, Transitions/Université de Liège et GEMCA/UCL

Chuchoter dans les arcanes du cabinet. Les marqueurs de l’oralité dans les correspondances diplomatiques (XVIe-XVIIe siècles, France, Suisse et Flandres).

15h30-16h00 Discussion

Session 2

Prédication 16h30 – 17h30

Manon GAC CESR/Université de Tours

Des prédications dignes de mémoire (France, ca 1530-1570). 

Laurent JALABERT CRULH/Université de Lorraine (Nancy)

Prêcher et prier par l’écrit dans le monde luthérien : la pastorale familiale de Johann Michael Moscherosch (1601-1669). 

17h30-18h Discussion

Jeudi 15 septembre 2022

Session 3 Prédication (suite) 9h00-10h00

Olivier SPINA LARHRA/Université Lumière Lyon 2

Qu’a-t-il dit ? La mise par écrit des sermons, un instrument de contrôle des prédicateurs dans l’Angleterre d’Henri VIII. 

Isabelle BRIAN et Stefano SIMIZ CRULH/Université de Lorraine (Nancy)

Lire, écrire, parler : le prédicateur en actes. 

10h00-10h30 Discussion

Session 4

Parole polémique 11h00-12h00

Ullrich LANGER University of Wisconsin-Madison

Le déictique comme validation de la parole : de l’homme illustre au noble magnanime. 

Alexandre GODERNIAUX Transitions/Université de Liège

In medio stat virtus ? La consolation du soldat françois et l’asseurance du craintif pour un judicieux (1612), ou trois voix sur les mariages espagnols. 

12h00-12h30 Discussion

Session 5

Parole polémique (suite) 14h00-15h30

Julien LÉONARD CRULH/Université de Lorraine (Nancy)

À l’oral et à l’écrit, pour les simples et pour les savants. La méthode de disputer de François Véron, entre théorie et mise en pratique (années 1610 – années 1630). 

Mathieu NICATI Université de Genève

Dire, écrire et combattre l’ennemi. La brutalisation de l’‘Iroquois’ dans les Relations jésuites (1660-1667). 

Lena STEVEKER University of Luxembourg/English Studies

Speaking News in Pamphlets of the English Civil Wars.

15h30-16h00 Discussion

Session 6

Parole théologique et pastorale 16h30-17h00

Sophie YVERT-HAMON Université de Stockholm

‘Oserai-je vous dire ?’. L’oralité mise en texte dans le Traité de l’eucharistie de Philippe Duplessis-Mornay.

17h00-17h30 Discussion

Vendredi 16 septembre 2022

Session 7

Parole théologique et pastorale (suite) 9h00-10h00

Mette AHLEFELDT-LAURVIG University of Luxembourg/IHIST

‘Don’t let your cows and sheep shit – pardon me – in the cemetery’. Exploring the orality of Wittenberg-educated, Danish reformer, Bishop Peder Palladius (1503-1560).

Fabienne HENRYOT École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, Lyon.

Enseigner et apprendre la théologie dans les écoles conventuelles (fin XVIIe-début XVIIIe siècles) : la place du livre et de l’oral. 

10h00-10h30 Discussion

Session 8

Justice et parole 11h00-12h30

Rémi DEMOEN CESR/Université de Tours

Une enquête la plume à la main : le témoignage et sa consignation dans le Touraine du milieu du XVIe siècle. 

Maryse SIMON Université de Strasbourg

Parole(s) de sorcière, écrits de justice. 

Martina OGNIBENE EHESS Paris

Les archives judiciaires comme unité de mesure de l’hybridation entre l’écriture et l’oralité (XVIIe-XVIIIe siècle). 

12h30-13h00 Discussion

Session 9

Table-ronde de clôture et échanges sur les suites du projet 14h00-15h30

(Modération : Monique WEIS, Université du Luxembourg/IHIST)

Jean SÉNIÉ CESR/Université de Tours 

Florence BISTAGNE IUF/Université d’Avignon

Paul-Alexis MELLET Université de Genève/IHR

Le programme des journées d’études est disponible en téléchargement.

Parole

Présentation du groupe de recherche en anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le carnet du groupe de recherche en Anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne. Le groupe est co-dirigé par Paul-Alexis Mellet (Genève), Monique Weis (Luxembourg) et Jérémie Ferrer-Bartomeu (Genève).

Les problématiques et les objets que se donne le groupe de recherche sont les suivants : dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole politique oscille entre profusion et rareté. Le pouvoir qu’elle détient provient de sa rareté et des mystère de sa forge. Son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier sera consacré aux pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et à la fois issues d’autres sciences humaines et sociales permettant de confronter différentes approches. Nous nous pencherons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole jurée, profuse et mystifiée : par exemple, les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traîtrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences.

Le travail du groupe de recherche est scandé par des rencontres régulières. Un premier colloque se tiendra en février 2022 à l’université de Genève et aura pour thème « (Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix ». Durant les différentes interventions, nous nous intéresserons à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Le but de cette première rencontre programmatique revient à interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions sont centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il est alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). Ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous amènera à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Dans la suite de l’année 2022, un second colloque se tiendra à l’université de Luxembourg les 15 et 16 septembre 2022 afin de questionner l’hybridation écrit et oral dans l’économie générale de la parole à l’époque moderne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search