Qui sommes-nous ?

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le carnet du groupe de recherche en Anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne.

Le groupe de recherches en anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne est né en février 2022. Il est co-dirigé par Jérémie Ferrer-Bartomeu, chargé de recherches F.R.S.-FNRS, rattaché à l’UR Transitions à Liège et au GEMCA à l’UCLouvain, Paul-Alexis Mellet, professeur ordinaire d’histoire de la Renaissance et de la Réforme à l’Université de Genève, rattaché à l’Institut d’histoire de la Réformation et Monique Weis, professeur ordinaire d’histoire moderne à l’Université du Luxembourg et rattachée à l’Institut d’histoire.

Les problématiques et les objets que se donne le groupe de recherche sont les suivants : dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole politique oscille entre profusion et rareté. Le pouvoir qu’elle détient provient de sa rareté et des mystères de sa forge. Son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique.

Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : les oppositions – politiques, religieuses, géopolitiques – se multiplient en même temps que les pôles de production de nouvelles théories sur la gouvernementalité et la souveraineté. L’imprimerie joue dans ce contexte un rôle crucial de multiplicateur des vecteurs de diffusion des paroles oppositionnelles, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par ces nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier réside dans l’étude des pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et issues d’autres sciences humaines et sociales permettant de confronter différentes approches. Nous nous penchons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole jurée, profuse et mystifiée : par exemple, les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traîtrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences.

Le travail du groupe de recherche est scandé par des rencontres régulières. Un premier colloque s’est tenu en février 2022 à l’université de Genève. Le thème inaugural de nos travaux, « (Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix », permettait d’établir un questionnaire dense et de croiser les approches, les espaces d’études et les typologies documentaires. Plus de trente collègues ont répondu présents à notre appel. Durant les différentes interventions, nous nous sommes intéressés à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Le but de cette première rencontre programmatique revenait à interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions restaient centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il fut alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). En effet, ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous a amené à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Dans la suite de l’année 2022, un second colloque s’est tenu à l’Université de Luxembourg, campus de Belval, en septembre 2022, afin de questionner l’hybridation écrit et oral dans l’économie générale de la parole à l’époque moderne. Le titre retenu disait notre ambition de poser les jalons méthodologiques d’une histoire et d’une anthropologie de l’oralité des sociétés anciennes : « En parlant, en écrivant. Complémentarité, concurrence et hybridation entre écrit et oralité dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles ».

Ces journées ont poursuivi les interrogations des travaux entamés à Genève en février 2022 sur les éléments constitutifs de la promesse et son effectivité à l’époque moderne, tout en déclinant de nouveaux aspects de ce vaste domaine de recherches. Nos travaux ont porté de manière plus spécifique sur les rapports complexes entre écrit et oralité dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Les deux modalités d’expression et de communication font l’objet depuis quelques années d’un intérêt renouvelé. Beaucoup de travaux récents sont ainsi consacrés aux « pratiques de l’écrit » dans les chancelleries, secrétaireries et autres bureaux, dans les officines et comptoirs de divers types, ou encore dans les institutions religieuses des principales confessions chrétiennes. Les ressorts de l’oralité ont quant à eux été remis à l’honneur par de nouvelles approches des cérémonies politiques et judiciaires, par le renouveau de l’histoire diplomatique et par des études pionnières sur la prédication.

En revanche, les relations entre écrit et oralité ont été peu thématisées et analysées. Elles renvoient à des questions importantes liées à l’histoire de l’époque moderne et à ses sources. Comment s’articulaient les passages de l’oralité à l’écrit ? En situation de concurrence entre les deux modalités, comment se faisaient et s’expliquaient les choix ? Dans quels contextes l’oralité vient-elle dupliquer, conforter, compléter, modérer, voire concurrencer ou même contredire l’écrit ? Lorsqu’il y eut davantage de complémentarité, quelles furent les influences réciproques, notamment mais pas uniquement du point de vue formel ? Une attention particulière fut accordée pendant ces deux journées aux phénomènes d’hybridation entre l’écrit et l’oralité dans différents domaines, périodes et contextes. Ils peuvent être étudiés au moyen de documents variés, dans une approche qui ne sépare pas strictement l’histoire religieuse de l’histoire politique, mais qui mobilise des concepts inspirés par l’anthropologie historique, les études culturelles et littéraires ou encore l’analyse des discours. Enfin, nous nous sommes interrogés sur les traces de l’oralité dans les sources de l’époque moderne, ses marqueurs spécifiques, et comment les acteurs des XVIe et XVIIe siècles en envisageaient-ils eux-mêmes le recueil et la conservation ?

La notion de « performativité » fut centrale pour les questions de recherche qui sous-tendaient nos journées de septembre 2022 et qui irriguaient tout le projet collectif. Dans le sillage du « performative turn », beaucoup de travaux se sont penchés sur les rituels publics et leur mise en scène, sur le rôle clé des gestes et du corps, ainsi que sur les sources visuelles, bref sur des aspects non verbaux. Nous voulions ainsi apporter notre contribution à ce tournant en rouvrant le dossier de la place des mots, dits ou écrits, dans les différents lieux et milieux sociaux de l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Cette approche, fortement tributaire des débats ayant suivi le « linguistic turn », a notamment permis de questionner les périmètres mouvants du dicible et de l’indicible, du pensable et de l’impensable, du nommable et de l’innommable aux XVIe et XVIIe siècles, dans le processus de confessionnalisation comme dans les conflits politiques et géopolitiques qui scandent la première modernité.

Le groupe de recherche, ces deux colloques internationaux passés, est désormais entré dans un nouveau cycle pour cheminer vers la clôture de cette première phase de recherche. Cette phase est scandée par trois ateliers de recherches articulés autour de l’étude des gisements documentaires liés aux thématiques suivantes : la parole politique et diplomatique (Université de Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, octobre 2023), la parole religieuse, confessionnelle et polémique (Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire), la parole représentée dans l’iconographie de la première modernité (Université catholique de Louvain, Centre d’analyse culturelle de la première modernité). Pour préparer chaque atelier d’une journée, où chaque orateur et chaque oratrice présente et discute pendant une heure son dossier documentaire avec l’assemblée, nous posons les jalons méthodologiques et thématiques lors d’un wébinaire en amont (le wébinaire préparatoire de la première journée de Tours fut l’occasion d’entendre et de questionner Nina Lamal sur le thème du projet de recherche auquel elle participe, « Inventing Public Diplomacy », à l’Académie royale des Pays-Bas).

Pour participer à nos travaux et suivre nos actualités :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search